Besoin nécessaire du « Phygital »

Phygital

Pouvons-nous tirer notre entière satisfaction et répondre à la totalité de nos besoins, d’un monde 100% digital ?

Le digital n’a-t-il pas montré depuis longtemps ses limites inavouées ?

Quand on réserve une chambre dans un hôtel, ou un siège dans un avion, c’est pour y prendre place et y vivre pleinement le moment et l’expérience physique.

Dans le monde du easy-delivery, des services en ligne et du marketing numérique, confinement ou pas, il faut combler la case manquante en matière de communication du type social-marketing (ou de marketing-socialisé) avec par exemple : l’envoi de petits colis-cadeaux, voire des « cartes-surprises » aux clients. Ils seraient précédés par des messages de circonstance, envoyés par les voies numériques, aux partenaires et aux profils communautaires ciblés et ce, afin de ne pas perdre de vue et de ne pas quitter la dimension humaine à laquelle nous appartenons, mais aussi garder en rappel la qualité et la chaleur des relations dans cette période si spéciale de confinement et de distanciation.

S‘il faut préparer l’après-confinement c’est maintenant et ainsi, par plein de petits gestes, même très peu coûteux mais de grandes valeurs par leurs symboliques. Le besoin en contacts physiques de l’être humain ne peuvent être atténués et encore moins satisfaits par des tonnes de messages et de services virtuels.

Le monde du digital est à l’évidence limité. Pour que le digital survive, il y a grand besoin de connexion intime et de collaboration intelligente avec le monde physique auquel l’être humain appartient irréfutablement.

L‘évolution des situations à venir, prouvera la nécessité du recours stratégies aux techniques et aux stratégies du « Phygital », afin de souligner ce rapport intime et inter-dynamiques entre la dimension numérique qui est virtuelle et celle qui est très physique et donc humaine.

Il serait fort réducteur de considérer le « Phygital » comme un simple instrument de l’e-commerce, c’est même la voie nécessaire pour ne pas déshumaniser la société.

Envoyer un petit paquet, une carte-cadeau symbolique, c’est dire : Nous sommes-là, physiquement auprès de vous.

Alors, honnêtement ? Combien parmi-vous, avez-vous reçu un SMS ou un émail suivis d’un petit colis cadeau, une livraison d’une gourmandise ou d’un simple panier de fruits, de la part d’un établissement hôtelier, d’une grande chaine de restaurants voire d’une connaissance à vous, pour vous dire ainsi : «nous sommes-là, on pense à vous» !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn