Le Parc Paysager de l’Oliveraie de Bab Jdid

Le Parc Paysager de l’Oliveraie de Bab Jdid

Présentation du PPOBJ

En automne 2001, est né de la volonté de Sa Majesté le Roi Mohammed VI Roi du Maroc, le Projet d’Aménagement Paysager de l’Oliveraie de Bab Jdid à Marrakech, projet avant-gardiste et unique en son genre, de part son existence même, de la qualité convoitée de l’ouvrage, mais aussi de part sa dimension.

180 ha d’oliveraie en plein cœur de la ville se verra investie par un concept de plastique de l’espace qui veut allier la tradition culturelle à l’ergonomie architecturale du paysage.

LE PARC

Historique

L’Oliveraie de Bab J’did est aussi connue sous le nom de la forêt de la jeunesse, une dénomination découle du chantier de la jeunesse initialisé par Sa Majesté Feu Hassan II alors jeune prince, au lendemain de l’indépendance du Maroc. Cet espace de plus de 180 ha a été planté de plusieurs centaines de jeunes oliviers qui aujourd’hui portent en eux toute un symbole d’histoire patriotique…

Depuis la création de l’Oliveraie de Bab Jdid, plusieurs initiatives d’origines diverses, se sont concertées pour une meilleure intégration su site dans l’environnement urbain de la Ville de Marrakech.

En automne 2001 Sa Majesté le Roi Mohammed VI a initialisé les travaux de conception et d’étude de l’aménagement paysager de ce site.

Etat des Lieux

    1. Présentation Générale

l’Oliveraie de Bab Jdid a pu, depuis le jour de son implantation, vivre au rythme de la dynamique quotidienne de la ville, cet espace de plein air est le plus imposant, de part sa position stratégique à Marrakech. De ce fait, il est normal qu’il héberge une activité quotidienne régulière, de promeneurs ou de joggeurs..…aussi, régulièrement des manifestations sportives sont organisées sur le flanc Nord-Ouest, ou un circuit de cross country est installé. Aussi, à l’occasion des fêtes nationales, des fantasias sont organisées, en particulier sur le flanc Est.

En découpant Répartissant l’ensemble de l’oliveraie existante en quatre entités (ou quarts) et partant sur l’axe Nord-Sud perpendiculaire à l’avenue de la Menara, est mise en évidence l’ébauche d’une voie carrossable d’une largeur d’une trentaine de mètres.

Premier Quart

Quart Nord-Est de l’oliveraie, à commencer du côté droit de la voie carrossable N-S sus-citée, vers l’avenue Al Yarmouk, axe reliant l’avenue de la Ménara à la route de Ouarzazates qui mène vers l’aéroport de Marrakech-Ménara.

Est notée la présence des éléments suivants :

              1. Zone non plantée (Voir documents Photos + Vidéo);

              1. Habitations de fonction relevant du commandement des forces auxiliaires (Voir documents Photos + Vidéo) ;

              1. Khettarats (Voir documents Photos + Vidéo);

              1. Décharges sauvages (Voir documents Photos + Vidéo);

              1. Terrains de sport en terre battue (Voir documents Photos + Vidéo);

Observations :

Une Marge de 200 mètres environ, marquant la limite des travaux originels de plantation d’oliviers, longe le côté Est de ce premier Quart, et de 400 mètres le côté Nord.

L’espace Est de ce quart, de part sa situation limitrophe au Palais Royal, a par ailleurs souvent hébergé les fantasias ou autres spectacles folkloriques, à différentes occasions.

Les dépôts de débris de constructions et autres, présents d’une manière assez spectaculaire derrière le logement de fonction, sont éparpillés au gré du hasard, ce qui cause une dégradation fort sensible de l’oliveraie, qui d’ailleurs ne bénéficie que peu ou pas d’irrigation surtout sur sa partie Nord et Nord-Est.

Des terrains de sports improvisés, en terre battue, sont situés sur la bande non plantée, de la longueur Nord de ce quart.

Ce premier quart a récemment été ceinturé sur tout le long de ses flancs Nord et Nord-Est, par une bande de plantation d’environ 10 mètre de largeur chacune et d’une promenade piétonne d’une largeur similaire. Un espace bitumé pour usage de parking a été implanté parallèlement au côté Est, sur une partie de la bande non plantée où avaient lieu les spectacles folkloriques.

Second Quart

Quart Sud-Est de l’oliveraie, à commencer du côté droit de la voie carrossable N-S sus-citée, vers l’avenue Al Yarmouk, axe reliant l’avenue de la Ménara à la route de Ouarzazate qui mène vers l’aéroport de Marrakech-Ménara.

Est notée la présence des éléments suivants :

  1. Zone non plantée (Voir documents Photographiques + vidéo) ;

  1. Décharges sauvages (Voir documents Photographiques + vidéo) ;

  1. Structures de canalisation d’eau potable appartenant à l’ONEP (Voir documents Photographiques + vidéo) ;

Observations :

Mêmes remarques relatives à la dégradation de cette zone, hormis une meilleure irrigation.

Troisième Quart

Quart Sud-Ouest de l’oliveraie, à commencer du côté gauche de la voie carrossable N-S sus-citée, longeant les jardins de la Ménara et reliant l’avenue de la Ménara à la route de Ouarzazates qui mène vers l’aéroport de Marrakech-Ménara.

Est notée la présence des éléments suivants :

  1. Zone non plantée (Voir documents Photographiques + Vidéo);

  1. Habitations vétustes (Voir documents Photographiques + Vidéo);

  1. Ancienne pépinière (Voir documents Photographiques + Vidéo);

  1. Décharges sauvages (Voir documents Photographiques + vidéo) ;

  1. Khettarats (Voir documents Photographiques + vidéo) ;

  1. Aqueduc (canal porté) appartenant à l’ONRAH (Voir documents Photographiques + vidéo) ;

Observations :

Oliveraie relativement bien conservée, grâce à sa proximité de l‘aqueduc, peu de dégradations ont été notées hormis les problèmes de taille et de conduite de culture.

Quatrième Quart

Quart Nord-Ouest de l’oliveraie, à commencer du côté gauche de la voie carrossable N-S sus-citée, longeant les jardins de la Ménara et reliant l’avenue de la Ménara à la route de Ouarzazates qui mène vers l’aéroport de Marrakech-Ménara.

Est notée la présence des éléments suivants :

  1. Zone non plantée (Voir documents Photographiques + vidéo) ;

  1. Habitation vétuste (Voir documents Photographiques + vidéo) ;

  1. Pépinière itinérante allouée à une entreprise privée (Voir documents Photographiques + vidéo) ;

  1. Décharges sauvages (Voir documents Photographiques + vidéo) ;

  1. Circuit de cross country (Voir documents Photographiques + vidéo) ;

  1. Station de pompage et appartenant à l’ONEP (Voir documents Photographiques + vidéo) ;

Observations :

Une bande bétonnée de cinq mètre de large réservée aux piétons longe la parallèle à l’avenue de la Ménara. Au delà de cette bande en allant perpendiculairement vers l’oliveraie, existe une bande jardinée de 10 mètre de largeur, et qui suit la parallèle de l’avenue de la Ménara, au delà de quoi une bande de plus de 300 mètres, toujours perpendiculairement à l’avenue de la Ménara, est dépourvue de toute plantation d’oliviers, les travaux originels de plantation ont été apparemment inachevés à ce niveau.

Les oliviers existants au delà de cette marge de 300 mètres accusent des agressions naturelles ou/et volontaires, quelques récentes plantations de sujets adultes (vraisemblablement centenaires), renforçant les plantations d’oliviers à l’Est de ce quart, n’ont pas été effectuées selon les règles de l’art, les racines ainsi que les parties aériennes sont dégradées, les différentes blessures constatées sont causées par les mauvaises manipulations lors de la transplantation.

Une Marge de 200 mètres environ longe le côté Est de ce premier Quart, là ou encore les travaux originels de plantation d’oliviers

Les dépôts de débris de constructions et autres, sont éparpillés au gré du hasard, ce qui cause une dégradation fort sensible de l’oliveraie.

Des fuites d’eau considérables et une irrigation non maîtrisée caractérise la piste de Cross-Country, cette dernière par ailleurs est marquée par la dégradation de son engazonnement.

Naissance du Concept

L’ensemble du Parc a été conçu selon la géométrie classique d’un jardin islamique, il est défini par la forme caractéristique du Tchahar Bagh (en persan : quatre jardins) qui est à l’origine de l’identité architecturale des jardins islamiques à travers le monde.

Ce projet a essayé de rallier les concepts authentiques à l’architecture arabo-musulmane, enrichis de l’histoire culturelle du Maroc, en tenant compte des contraintes contemporaines issues des besoins d’une cité moderne en pleine expansion, Marrakech.

Idées plastiques, pensées mystiques, harmonies des couleurs et des textures, une orchestration des sens qui entraîne vers la quête d’une paix méditative. Telle est la ligne originelle génératrice du concept. Aussi, comme tout concept théorique ayant besoin d’une dynamique qui lui favorisera sa pérennité, il en est découlé la naissance logique de différents pôles d’activités économiques.

La naissance de ce parc permettra donc, de restaurer et de domestiquer l’oliveraie existante, et de lui apporter un nouvel atout identitaire, afin de répondre aux besoins du citadin autochtone comme à ceux de l’itinérant en quête d’exotisme et d’idées nouvelles. Quelque soient les objectifs auxquels tout un chacun aspire, le parc paysager sert surtout à participer au développement de la prise de conscience générale, quant à la possibilité d’une symbiose intime entre la cité et son environnement vert, définissant ce dernier, en tant que l’un de ses bastions culturels qui cherchent à s’inscrire dans la mémoire historique de cette ville.

Les Thèmes

1-La Promenade Périphérique

Elle est constituée d’une ceinture de 20 m de largeur sur toute la périphérie du parc, et elle est constituée de quatre pistes parallèles de 5 mètre de largeur chacune, réparties comme suit :

    1. 2 piétonnes ;

    2. 1 destinée à la circulation des 2 roues ;

    3. 1 destinée à la circulation des calèches ;

Trois alignements d’arbres jalonnent l’axe de ces promenades et encadrent les deux couloirs centraux de circulation réservés pour les calèches et pour les deux roues.

La plantation d’alignement centrale est constituée de Washingtonia Filifera, alors que les deux bandes de plantation qui l’escortent sont plantées de Ficus Retusa.

Les couloirs centraux sont revêtus de bitume carrossable, les circulations piétonnes latérales sont revêtues de bandes bitumées appliquées à froid intermittentes avec des galets de rivière fixés dans un lit de mortier.

2-Les Axes Croisés de promenade

Ils traversent le Parc du Nord au Sud en longeant l’axe principal des promenades de part et d’autre, ainsi que de l’Est à l’Ouest et se croisent avec l’axe des promenades N-S, au niveau du labyrinthe central;

Ils sont constitués de quatre pistes parallèles de 10 mètre de largeur chacune qui sont réparties comme suit :

    1. 2 piétonnes ;

    2. 1 destinée à la circulation des 2 roues ;

    3. 1 destinée à la circulation des calèches ;

Les axes croisés permettent l’accès du Parc et l’intervention des véhicules de service et de sécurité.

Trois alignements d’arbres jalonnent l’axe de ces promenades et encadrent les deux couloirs centraux de circulation réservés pour les calèches et pour les deux roues.

La plantation d’alignement centrale est constituée de Washingtonia Filifera alors que les deux bandes de plantation qui l’escortent sont plantées de Ficus Retusa.

Les couloirs centraux sont revêtus de bitume carrossable, les circulations piétonnes latérales sont revêtues de bandes bitumées appliquées à froid intermittentes avec des galets de rivière fixés dans un lit de mortier.

3-L’Axe Principal des Promenades

Il constitue une bande située au niveau de l’axe central Nord-Sud du Parc. Il est constitué d ‘un chapelet de Maisons de Thé et d’Ateliers d’Art, qui sont à leur tour encadrés de deux bandes jardinables qui par la nature et le type de leur végétalisation cadenceront la promenade.

L’axe de cette promenade est agrémenté d’une série de bassins et de fontaines inspirées du style arabo-musulman.

Les bandes jardinables sont périodiquement jalonnées de trios de cupressus pyramidalys, dont les planches sont plantées de différents choix variétaux et de coloris de pélargoniums.

4-Le Labyrinthe Central

Point par lequel tout le concept du projet a pris sont départ, les couloirs de plantation de la partie végétale du Labyrinthe se situent à 230 cm en contrebas de l’esplanade centrale avec 140 mètre de côté. Le centre du labyrinthe est trôné d’un bassin orné de sculptures représentant différentes formes végétales, conçues en cuivre martelé, ouvrage au centre duquel prend départ un jet de 15 mètre de hauteur le jour, et une flamme de 1,5 mètre la nuit.

L’ensemble (labyrinthe + bassin) est situé au centre d’un carré désaxé de sortes à ce que chaque côté soit perpendiculaire à sa direction respective : N-S-E-O.

5-Le Jardin Botanique

Il s’étend sur 46 ha au Nord-Est du parc et contient en son centre une Médiathèque réalisée sur 2 niveaux, entourée de cinq points satellites destinés à des expositions thématiques itinérantes.

Le Jardin Botanique possède trois accès dont :

  • 2 donnant sur Les Axes Croisés de promenade ;

  • 1 sur le Parking N-E du Parc ;

Les axes de promenade principaux sont encadrés de séries de fontaines de jets d’eau et de bassins. Parallèlement, des carrés de collections végétales thématiques sont disposés géométriquement afin de cadencer les axes secondaires de circulation. Le croisement des promenades est marqué à son centre par des vasques-fontaines en pierre taillée.

6-L’Oliveraie de l’Observatoire

Il s’agit de la zone Sud-Est du Parc qui est caractérisée par la présence, dans l’alignement de son axe central N-S, l’Astrolabe géant de 3 m x 3 m en bronze et d’une observatoire du ciel.

L’observatoire du ciel, est une construction carrée, avec une architecture qui se veut être une interprétation moderne du métissage architectural entre l’Orient et le Maghreb. Le bâtiment est trôné d’un dôme concrétisé par une structure métallique, cette dernière permettant une parfaite symbiose du bâtiment avec l’air et la lumière. Cette terrasse « à dôme » est par ailleurs destinée à héberger un télescope permettant ainsi de scruter le ciel par des nuits sans nuages.

Cette zone possède par ailleurs son propre parking qui est situé sur son flanc droit, parallèlement à l’avenue El Yarmouk.

7-L’Oliveraie des Arcades

Elle est située sur la même parallèle de L’Oliveraie de l’Observatoire, du côté Sud-Ouest du Parc. Elle est caractérisée par la présence sur son axe central N-S d’une première place où se positionne une boussole statique géante de 3 m x 3 m qui indique le Nord, d’une seconde place ou loge en son centre un cadran solaire d’un diamètre de 5 m et enfin, en aboutissement de la promenade, une esplanade ornée d’arcades .

Cette zone possède par ailleurs son propre parking qui est situé sur son flanc gauche, parallèlement aux jardins de la Ménara.

8-La Zone Polyvalente des Activités

C’est la zone qui est principalement conçue pour héberger les grands évènements grâce à son amphithéâtre de plein-air d’une capacité de 4000 places et doté d’une arène centrale de 100 m de diamètre. Cet élément se situe au niveau de l’angle N-O d’un rectangle de 10 ha positionné au centre même de cette zone. Ce rectangle est destiné aux activités du type fantasias mais aussi à un devenir d’espace à bivouacs lors des passages de rallyes et autres compétitions. A l’angle S-E se situe un dolmen de palmiers qui héberge un espace réservé aux tentes Caïdales.

Cette zone possède par ailleurs son propre parking qui est situé sur son flanc gauche, parallèlement aux jardins de la Ménara.

9- La Zone Administrative

Elle est située au Sud de La Zone Polyvalente des Activités et contient les bâtiments de l’administration et la gestion du PPOBJ ainsi que les écuries destinées à loger les 16 chevaux de la garde montée du PPOBJ.