Tehran Forever !

Tehran Forever !

Mardi, 28 Décembre 2010 08:16

Cela ne fait pas longtemps que je me soucie d’avoir un appareil photographique ou vidéo avec moi à la veille de mes voyages et pérégrinations, non que je n’aime pas la technologie, bien au contraire puisqu’elle fait partie indissociable de mon quotidien professionnel et domestique, la photographie et la vidéo sont mes outils professionnels incontournables….. En fait, c’est que dans beaucoup de cas j’ai confié à seuls mon cerveau et à mon esprit de capter et de garder intimement les moments vécus, car aucune photo ou vidéo n’auraient les moyens de restituer la force et les splendeurs ces moments là, souvent tellement anodins pour les tiers, mais tellement précieux, secrets et intimes…alors je les garde au fond de ma mémoire, jalousement, pour les ressortir tendrement dans les moments difficiles ou encore pour l’automne de ma vie……comment traduire la volupté d’une « Paloudeh » glace à la vermicelle, au citron et au safran, couronnée d’éclats de pistache, sur une terrasse dans les hauteurs surplombant les hauteurs de Tehran ? Quelle photographie ou vidéo reproduirait la teneur des instants passés assis autours d’un verre de Thé parfumé, entrain de papoter de tout et de rien avec un commerçant du Bazar de Tehran….quel support pourrait raconter avec force et précision mes émotions et sentiments lors des rencontres avec les gens, les événements et les lieux ?? sans laisser ne serait-ce un appareil photographique, les partager avec soi.


Ainsi, il m’est arrivé d’aller pour la toute première découverte dans des pays et continents qui m’étaient jusqu’alors méconnus et que je n’aie eu le moindre regret de ne pas avoir pris en bandoulière un quelconque appareil de prises de vue…..ainsi, j’ai fais des centaines de milliers kilomètres de routes et des dizaines heures de vol que je me suis réservé de garder tendrement au fond de ma mémoire et très égoïstement.

Voyager dans Tehran pour une vie entière…et une vie toute entière ne serait pas suffisante pour le faire ! Chaque fois j’y suis, je m’oublie et oublie mes jambes qui m’amènent de rue en rue, de café en café, de taxi en taxi, sans objectif précis sinon que de « boire » les gens et de m’enivrer de tant de souvenirs sensoriels qui me plongent dans chaque évènement de toutes les fois passées que j’ai eu la chance d’y aller….Tehran n’est pas l’Iran, comme Paris qui n’est pas la France, mais cette métropole sur-étendue est un « hub » phénoménal de transit de toutes les ethnies d’Iran….souvent même qu’on peut y rencontrer des gens de Turquie, de Caucase, d’Asie centrale ou de l’Inde….des arabes du moyen orient et quelques présences sporadiques de gens d’Afrique….
Je hume l’air …il est pollué…comme souvent… mais c’est Tehran et je ne l’ai toujours connue que comme ça….
Les cours d’eau tracent les longueurs des grand axes et avenues jalonnées de platanes…tel un liquide vital, une sève qui circule dans ces veines à ciel ouvert….pour laver les souillures d’un quotidien perturbé par la vie des hommes et des véhicules en tous genres.
à Tehran ce ne sont pas les points de restauration qui manquent, Tehran nourri les tehranais depuis les gargotes en tout genres jusqu’aux restaurants très chics aux spécialités traditionnelles les plus raffinées…dommage que la culture « Pizza » ai fait son apparition depuis quelques temps …. les iraniens sont en fait très fiers de leur culture culinaire, et contrairement à beaucoup d’autres sociétés, les invitations dans les restaurants spécialisés en gastronomie autochtone sont d’une évidence stupéfiante….les déjeuners et diners de familles sont souvent programmés dans des temples gastronomiques, ou dans les lieux plus accessibles comme « Darband», très chaleureux et très convoités par toutes les tranches de la population tehranaise.
Je ne sais pas pourquoi je suis fasciné par la circulation automobile sur les périphériques de Tehran ? Peut-être parce que la vue des « Peykan » me transporte à des dizaines d’années en arrière me rappelant mon enfance ? Qu’y a-t-il de ci différent entre les circulations urbaines des différentes métropoles du monde ? Je me le demande encore ! et je suis sur que c’est justement cette chose qui fait cette différence entre Casablanca, Londre, Paris, Le Caire, New York, Pékin ou Tehran !!